Epigraphe

"De toutes parts, de tous les régiments montaient les cris de détresse des officiers subalternes. On refusait de les croire, car, par définition, l' "inférieur", dans l'armée, a toujours tort devant le "supérieur". Les quelques généraux qui, voyant clair, osèrent parler, furent impitoyablement "limogés", et l'on taxait presque de lâcheté les unités qui "redescendaient" des attaques stériles, ayant laissé sur le carreau 60 ou 70 % de leurs effectifs."

 

Jean BERNIER

LA PERCEE, ouvrage rare et précieux

p47, Albin Michel, 1920  

 

 

En août 1914,

bien nombreux étaient les Français d’être fiers de se battre pour la reprise des territoires annexés en 1871, mais aussi contre l’autocratie et le pangermanisme. Allemands et Français étaient confiants en la victoire, les uns se voyaient rapidement à Paris et les autres à Berlin, tous en connaissaient le prix du devoir.

La grande majorité des militaires mobilisés en ce mois d’août 1914 pensait que ce conflit allait être rapide et qu’elle rentrerait au plus tard pour les vendanges. C’est avec ferveur et conviction que tous montèrent sur le champ de bataille la « fleur au fusil ». Lors des batailles des frontières et de celle de la Marne, les pertes s’élèvent à plus de 1 070 000 hommes toutes nationalités confondues avec environ 217 000 tués.

 - Y a t-il eu des erreurs stratégiques ?,

 - Y a t-il eu une mauvaise évaluation des forces en présence ?,

 - Y a t-il eu des graves incompétences militaires de part et d’autre ?,

 - Ou est-ce, le résultat macabre d’un affrontement brutal de deux blocs militaires puissamment armés !

 

 1914 - Nach Paris

avec la précieuse collaboration de VUCA SIMULATIONS

et selon les batteries de tests toujours en cours, devrait peut être sortir fin 2021. 

Les 12 scénarii proposés, construits à partir :

 - des unités des différents belligérants finement modélisées,

 - d’une topographie exacte et représentative du théâtre des opérations,

 - des différents obstacles fortifiés,

 - de l’exactitude de la chronologie de la disposition des troupes,

- et des liaisons logistiques, 

ont pour vocation de simuler le plus fidèlement les premiers affrontements de la Grande Guerre.

Deux grands scénarii permettent aux joueurs sur un front relativement étendu et pendant une durée plus longue de tester des engagements stratégiques avec une très grande autonomie de commandement.

 

Vous avez également la possibilité avec le grand scénario de campagne "En rase campagne" de reconstituer les 6 premières semaines du conflit où les belligérants « Allemand » ou « Alliés » ont pour finalité de remporter à la fin du 22e tour une victoire jugée « écrasante ».

La durée de 6 semaines de combat, du dimanche 2 août au lundi 14 septembre 1914, semble suffisante pour acquérir un résultat militaire majeur qui forcerait l’un des deux belligérants à stopper le conflit. 

Ce laps de temps correspond historiquement :

 - à la mise à disposition de la quasi-totalité des forces mobilisées de part et d’autre,

 - à l’achèvement des batailles sanglantes dites des frontières et de celle de la Marne,

 - et également au commencement réciproque de la pénurie de munitions.

Ce scénario géant vous permettra d’analyser, si Allemands ou Français auraient eu la possibilité de remporter une victoire écrasante en adoptant une autre stratégie, ou si comme par le passé, les belligérants seront tenus à se retrancher sur des positions défensives fortement fortifiées entraînant par la suite moult assauts sanglants...

                   Théâtre des opérations modélisé du secteur de Villers-Cotterêts dans l'Aisne ,  

Villers-Cotterets.JPG