BCA.jpg

Groupe de bataillons de chasseurs alpins composé des 7e, 11e, et 14e bataillon appartenant au 14e Corps d'Armée de la 1ere armée.

Le pion est sur fond bleu foncé comme la couleur de leurs uniformes, le signe A+ signale que cette unité fait partie de l'élite française, elle est forte de 4.800 hommes, 12 canons de 65 mm et 6 mitrailleuses.

C'est un wargame sur le thème du début de la Grande Guerre

Il simule les premiers combats du front ouest en août et septembre 1914,

en autre les batailles des frontières, la bataille de la Marne,

et les 6 premières de semaines du conflit. 

Les unités représentées respectent leur indépendance organique,

elles sont soit sous la forme de division, de brigade, de régiment

  voir même de regroupement de bataillons de chasseurs

Ces liens vous permettrons de découvrir les photos des pions français et allemandspour une meilleure prise en main, pour le prototype ils ont été fabriqués sur un support cartonné de 1,7 mm, 

l'hexagone représente 10 km

pour 23 mm sur la carte 

 

 

 

son fascicule de règles  

​Chapitre I:  Présentation                                                                                         

​​Chapitre II:  Les unités                                                                               

​Chapitre III:  Tour et séquence de jeu     

​Chapitre IV:  Topographie         

​Chapitre V:  Aptitude au feu                                                                                      

​Chapitre VI:  Paramètres des unités                                                                     

​Chapitre VII:  Mouvement des unités                                                                           

​Chapitre VIII:  Bombardement                                                                                  

​Chapitre IX:  Combat                                                                                          

​Chapitre X:  Retranchement                                                                                                          

​Chapitre XI:  Ouvrages défensifs                                                                                

​Chapitre XII:  Réseau ferré                                                                                           

​Chapitre XIII:  Liaison avec l’arrière                                                                              

​Chapitre XIV:  Les dépôts                                                                                            

​Chapitre XV:  Influence de la météo                                                                            

​Chapitre XVI:  Destruction des ouvrages d’art                                                               

​Chapitre XVII:  Action du génie                                                                                      

​Chapitre XVIII: Transport maritime                                                                                                 

Chapitre optionnel XIX : Dissimulation

Chapitre optionnel XX : Reconnaissance

Chapitre optionnel XXI : Doctrine de l'offensive à outrance

Chapitre optionnel XXII : Combat avancé

Chapitre XXII : Abréviations

 

Un tour de jeu est équivalent de 2 jours,

avec pour chaque belligérant une période séparée composée de 4 séquences 

(1) la phase préliminaire, 

(2) la phase de bombardement, 

(3) la phase de mouvement, 

(4) et la phase de combat​​

​​

​Sa complexité est évaluée à 6 sur 9

Il a une très grande re-jouabilité

et a également une bonne adaptabilité à jouer seul

Avec 1914 Nach Paris,  

Vous trouverez le grand scénario de campagne

"En rase campagne"

C'est un résultat de qualité

topographie exacte et représentative,

unités fidèlement modélisées, 

tables de combats testées et vérifiées, 

exactitude de la chronologie des renforts,

retranchements, fortifications et camps retranchés,

transport ferroviaire et liaisons avec l'arrière,

prise en compte des ouvrages d'art majeurs

incorporation des dépôts d'infanterie

et aussi l'effet climatique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1ere DC.jpg

1ere Division de Cavalerie appartient au corps de cavalerie, elle regroupe environ 5.500 cavaliers, comprenant 24 escadrons , 6 mitrailleuses, 12 canons de 75 et 1 groupe cyclistes.

Les cavaliers sont issus des 5e et 11e brigades de dragons et de la 2e brigade de cuirassiers.

2e DIC.jpg

2e Division Infanterie Coloniale issue du Corps d'Armée Colonial, cette unité est principalement composée d'engagés et fait partie également de l'élite française. De couleur bleu de fer comme leurs uniformes, cette division est composée de 16.000 hommes, 24 mitrailleuses, 12 bataillons, 36 canons de 75 et 1 escadron.

Issus du CAC, en appui elle a également 2 groupes de 75 issus de 5e RAC Col.

Les 22 et 23 août 1914,  2e DIC subit des pertes sévères lors de la folle avancée dans les Ardennes belges..   

7e DI.jpg

La 7e Division d'Infanterie appartenant au 4e Corps d'Arme regroupe environ 16.000 hommes.

De couleurs bleu de fer et rouge comme leurs uniformes, cette division est composée de 12 bataillons, 24 mitrailleuses, 36 canons de 75 et 1 escadron.

Issus du CA, elle a également en appui le 315e RIR et 2 groupes de 75 issus de 44e RAC. 

Pour les passionnés, je conseille la lecture de "ma  pièce" de Paul Linthier artilleur du 44e RAC,   https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Lintier

Larenzac.jpg

En août 1914, le général Lanrezac est certainement le meilleur stratège français, il a le commandement de la 5e armée, celle placée entre l'aile gauche de l'armée française et les Britanniques. Très vite, il va se trouver face à la ruée allemande forte de plusieurs armées, alors que le GQG français a le sentiment que les Alle-mands n'ont rien de prêt par là...

Il sauva sans aucun doute son armée d'un encerclement certain en la faisant replier juste à temps ; il fut pour cela démit de ses fonctions de chef d'armée et mis à disposition du Général Gallièni alors gouverneur de Paris. Début 1917 pour le grand public, le général Lanrezac écrivit "le plan de campagne français", disponible avec ce lien : .http://1914ancien.free.fr/lanrezac.htm

 Les pions de commandement français sont bicolores noir rouge en hommage à la couleur de leurs vieux uniformes.

citadelle_de_montmédy.jpg

La vieille citadelle de Montmédy forte de 2.500 hommes, (4e Btn 164e RI et 5e Btn  45eRIT)  avait pour mission de servir de point d'appui aux troupes de couverture et surtout de faire exploser le tunnel ferroviaire qui passe sous ville. Le dynamitage du tunnel et des ponts sur la Chiers eurent lieu les 27 et 28 août 1914. Après quoi, la garnison évacua la place mais fut vite découverte et capturée par les Allemands.

fort de Barchon.jpg

Le fort de Barchon fait partie des 12 forts belges constituant le Camp Retranché de Liège. Dès le 4 août 1914, une armée, la Maas-Armee, forte de 60.000 hommes  déclencha sur Liège une attaque "coup de main"; mais les forts belges résistèrent. Pour accélérer la prise de Liège, les Allemands envoyèrent plusieurs batteries de siège et surtout 4 mortiers courts de marines de 42 cm, pièces extrêmement puissantes. Après plusieurs jours de bombardement intensif, le camp de retranché capitula le 16 août.

Quand au fort de Barchon, le 8 août, il fut le premier fort à capituler après un bombardement de mortiers de 21 cm suivi d'un assaut.  

7.KD.jpg

7. Kavalerie Division

La 7e division de cavalerie allemande appartient au 3e corps de cavalerie, elle regroupe environ 5.800  cavaliers, comprenant 24 escadrons , 6 mitrailleuses, 12 canons de 7,7 cm.

Les cavaliers sont issus des 26e, 30e et 42e brigade.de cavalerie, dragons, Hussards et Ulans. 

Toutes les unités allemands sont sur un fond de couleur felgrau. 

JB 5u 6.jpg

Jäger Bataillon 5. und 6. 

Groupe de bataillons de chasseurs composé des 5e et 6e bataillon appartenant au 4e corps de cavalerie de la 5e armée.

Le pion est égalent sur fond feldgrau mais avec une nuance plus verte comme la couleur de leurs uniformes, le signe A+ signale que cette unité fait partie de l'élite, elle est forte de 3.000 hommes, 12 mitrailleuses.

1.GID.jpg

1. Garde Infanterie Division

1ere division d'infanterie de la garde issue du corps d'armée de la garde, cette unité est composée de 17 500 hommes : 12 bataillons, 24 mitrailleuses, 54 canons de 7,7cm, 18 obusiers légers de 10,5 cm et 4 escadrons.

Issus du corps d'armée, elle a également en appui 2 batteries de 4 obusiers de 15 cm.

Les divisions d'infanterie de la garde se retrouveront en difficulté à Guise et autour des marais de Saint-Gond. 2 scénarii du 1ere module abordent ces thèmes.    

PIR.24.jpg

Pioner Regiment 24

En plus des formations classiques de génie endivisionnés, les armées allemandes avaient à disposition 9 régiments de pionniers composés de 6 compagnies regroupant 1.800 combattants. Dotés de 150 minenwerfers et d'un armement individuel performant, ces formations furent particulièrement bien adaptés pour mener des assauts contre des positions fortifiées.

Le 24e régiment de pionniers est en appui à la 2e armée, il participera très rapidement à la prise des forts des camps retranchés de Liège, de Namur et de Maubeuge.  

1.Fuß.4.jpg

abteilung II und III,  Fußartillerie-Regiment 4

2e et 3e groupe du 4e régiment d'artillerie à pied, cette unités d'artillerie lourde placée sous le commandement de la 2e armée est composée de 2 groupes de 8 mortiers de 21 cm. La représentation graphique est celle utilisée par les états majors allemand. 

KMK.b2.jpg

Kurze Marine Kanone, 42-cm, batt.2

Canons courts de Marine de 42 cm, 2e batterie composée de 2 pièces, modèle M-Gamma, sous le commandant Baecker. Ce canon mis au point en 1912 pesait 150 tonnes ; il était démontable et circulait sur le réseau ferré à l'aide de 10 wagons. Le pas de tir une fois choisi devait être spécialement aménagé, la durée de la mise en batterie exigeait 24 heures. La porté maximale approchait les 14.000 m pour un obus de 1.150 kg. 

De part sa forte puissance d'impact, tous les forts sans structures de béton armé ne pouvait pas résister très longtemps à ses tirs.

2.armee.jpg

Général Von Bulow commandant en chef de la 2e armée allemande.

La 2e armée est puissante, heureusement pour les forces françaises le corps d'armée de la garde de réserve rejoindra rapidement le front est. 

Le général Von Bulow sera en fonction jusqu'en mars 1916, victime d'un AVC il se retirera à Berlin, il livrera également son point de vue militaire dans son ouvrage "Mon rapport sur la bataille de la Marne" traduit en français chez Payot, http://1914ancien.free.fr/vonbulow.htm

1ST DIV.jpg

1st Division

1ere division d'infanterie britannique, cette unité est composée de 18.000 hommes : 

12 bataillons, 24 mitrailleuses, 54 canons de 84 mm, 18 obusiers de 114 mm, 4 canons de 127 mm, et 1 escadron. Les divisions d'infanterie britanniques feront face rapidement à Mons aux unités allemandes.

Par respect à la couleur de leurs uniformes, les unités britanniques sont kakis.  

TRANSPORT.jpg

pion indicateur signalant le transport ferroviaire d'une unité

echelle.png
carte Paris.jpg
nancy.JPG
DSCF8930.jpg
DSCN1037.JPG